• Recherchez-vous...

Cinq conséquences du Brexit

« Brexit means Brexit », voilà le chant de guerre de la première ministre Theresa May, mais que veut dire cette expression, exactement. La décision de quitter l’Union européenne prise par les Britanniques lors du référendum du 23 juin a été un moment décisif dans l’histoire du pays et un moment de véritable changement.

Les répercussions à long terme du vote sont difficiles à évaluer, surtout que l’Article 50 n’a pas encore été mis en œuvre. Mais nous pouvons tout de même commencer à émettre certaines hypothèses. Et l’opinion exprimée dans un nouveau Brexit Briefing Report de Dun & Bradstreet est la suivante : l’impact économique à long terme du Brexit sur le Royaume-Uni sera important et négatif, tandis que les effets de l’offre et de la demande sur le reste de l’Union européenne pourraient être moins sévères.

Cet article se penche sur cinq secteurs où les répercussions du Brexit pourraient être colossales. Regardons chacun d’entre eux dans l’ordre.

1. Des retombées politiques potentiellement graves

L’article indique que le Brexit risque d’ébranler gravement le projet européen en traçant la voie à des référendums similaires dans d’autres États membres (bien que les élections générales d’Espagne en juin laissent supposer que ce ne sera peut-être pas le cas). En effet, avec le parti anti « establishment » Podemos qui a perdu plus d’un million de votes à l’avantage du parti PSOE depuis les élections non concluantes de décembre, le vote espagnol montre que, en temps d’incertitude, les électeurs peuvent se tourner vers les partis traditionnels qu’ils considèrent plus rassurants. Donc, le vote pro-Brexit pourrait mener à la stabilisation du paysage politique européen plutôt qu’à davantage de fragmentations.

 

2. Des répercussions positives sur le commerce et les devises

Selon Dun & Bradstreet, les répercussions sur le commerce et les devises sont limitées et positives. En effet, l’Union européenne n’exporte qu’environ 6 % de ses marchandises vers le Royaume-Uni. En ce qui concerne la zone euro, Dun & Bradstreet prévoit que la livre britannique se dépréciera moins par rapport à la devise unique qu’elle ne le fera par rapport aux autres devises majeures, comme le dollar américain et le yen japonais, étant donné que l’euro sera lui-même affaibli à cause de l’incertitude provoquée par le Brexit. La baisse d’exportations vers le Royaume-Uni pourrait dès lors être plus que compensée par l’augmentation des exportations européennes vers le reste du monde (à cause d’une devise plus faible).

 

3. Une baisse possible de la confiance

Le Brexit Briefing Report suggère une perte de confiance potentielle en l’économie européenne et la possibilité d’un effritement du projet d’intégration européenne, qui n’est désormais plus considéré comme étant éternel. Une période d’incertitude prolongée et un marché volatil pèseront sur les décisions d’investissement des entreprises et, par conséquent, sur la croissance du PIB.

4. Répercussions commerciales généralisées

Le vote pour le Brexit a mené à une dépréciation de l’euro par rapport au dollar et aux autres devises principales, augmentant ainsi la compétitivité des prix entre les entreprises européennes. Les occasions d’affaires augmenteront probablement, surtout dans le secteur financier, étant donné que le Royaume-Uni pourrait perdre sa « carte d’accès » à l’Union européenne en ce qui a trait à de nombreux services financiers. La diminution de la croissance et les taux d’intérêt bas feront mal aux sociétés d’assurances : les taux bas augmentent la valeur actuelle de leurs dettes et la croissance faible pèse sur la valeur de leurs actifs. Le tourisme pourrait être touché par l’affaiblissement de la livre britannique. Le Brexit pourrait déstabiliser davantage les négociations relatives au Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement.

5. Recommandations de Dun & Bradstreet

Le Brexit Briefing Report comprend de multiples recommandations. Attendez-vous à ce que l’euro reste faible comparativement aux autres principales devises durant les trimestres à venir. Tenez compte de la croissance lorsque vous prendrez des décisions commerciales pour la période 2016-2017. En ce qui a trait aux prévisions concernant la chaîne d’approvisionnement, présumez qu’il n’y aura aucun changement majeur pour l’Union européenne (du moins pour les deux prochaines années) et que le Royaume-Uni continuera d’avoir accès au marché commun de l’Union européenne. Prévoyez une période prolongée de volatilité des marchés : au moins jusqu’à ce que les modalités de la relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne soient établies. En ce qui concerne les perspectives commerciales, sachez que l’Union européenne et le Royaume-Uni souhaitent entretenir une relation étroite, renforçant la possibilité que les deux parties s’entendent sur une quelconque forme de coopération économique.

Vous pouvez lire en entier le Brexit Briefing Report ici.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur nos rapports des aperçus par pays ou pour en apprendre davantage sur notre façon d’intégrer les données de pays aux données d’entreprise, consultez le site Solutions Country Insight.

Nous contacterContactez
Prenons contact
Veuillez remplir ce formulaire et nous vous contacterons bientôt.