• Recherchez-vous...

S’attaquer au « mal barbare » de l'esclavage moderne

Quelque 34 millions d’hommes, de femmes et d'enfants dans le monde vivent dans une forme d'esclavage moderne. Apprenez comment vous pouvez éclairer les coins les plus obscurs de votre chaîne d’approvisionnement pour empêcher l'esclavage moderne de faire partie de votre chaîne d'approvisionnement et contribuer à mettre un terme au grand problème mettant en péril les droits de l'Homme à notre époque.

La nouvelle première ministre britannique, Teresa May l’appelle le « grand problème mettant en péril les droits de l'Homme à notre époque » et parle d'« un mal barbare ». Il s’agit de quelque chose dont on est rarement témoin mais qui se passe chaque jour sous nos yeux : l'esclavage moderne.

Vous pourriez penser que l’esclavage a disparu avec le dodo. Vous vous trompez. Selon des estimations récentes du gouvernement britannique, le Royaume-Uni, à lui seul, compterait jusqu’à 13 000 victimes de l'esclavage moderne. Dans le monde entier, ce chiffre atteint 45 millions. Un rapport du département du Travail des États-Unis sur les biens produits par le travail des enfants ou le travail forcé répertorie 136 produits provenant de 74 pays, des tapis du Népal et au poisson de Thaïlande.

L’esclavage moderne est pratiqué partout autour de nous. Il existe chez les employés de maison séquestrés contre leur gré, les femmes contraintes de se prostituer et les travailleurs dans les champs, les usines et les bateaux de pêche. Il se trouve également dans des salons de manucure, des laveries d’automobiles ou parmi les personnes vivant dans des caravanes délabrées, où elles sont exploitées dans le cadre du travail forcé. L’esclavage moderne recrute également tous les types de personnes : hommes, femmes ou enfants de tous âges, et il prévaut surtout parmi les groupes les plus vulnérables, les minorités ou les catégories socialement marginalisées.

Donc May est en train de prendre des mesures. En juillet, son nouveau gouvernement a annoncé la mise en place d’un groupe de travail du cabinet britannique pour s'attaquer aux « crimes écœurants et inhumains », avec 33 millions de livres (38 millions de dollars) pris à même le budget de l'aide pour financer des initiatives à l'étranger. Cette annonce a été faite lors du premier anniversaire de la Loi sur l’esclavage moderne que May avait ironiquement eu à diriger alors qu'elle était secrétaire de l'Intérieur.

Les objectifs du groupe de travail sont nombreux et variés. Il examinera l’impact de la Loi, 12 mois après son lancement. Il travaillera en collaboration avec des forces de l’ordre partout dans le monde pour suivre et arrêter les gangs qui opèrent au-delà des frontières et des juridictions. Et il gérera un Fonds international pour l’esclavage moderne axé sur les pays à haut risque.

L’esclavage dans la chaîne d'approvisionnement

Cependant, l’esclavage moderne n'est pas seulement un défi social : de nombreuses organisations peuvent y être exposées. L’esclavage peut exister à n'importe quelle étape de la chaîne d'approvisionnement, de la collecte des matières premières à la fabrication, en passant par le développement de produits. Et l’élimination de la pratique de votre chaîne d'approvisionnement est, certes, le comportement éthique à adopter, mais il s'agit également d'une conduite responsable des affaires.

Alors, comment pouvez-vous lutter contre la menace de l’esclavage moderne susceptible de survenir à n'importe quelle étape de votre chaîne d'approvisionnement? En tant que détaillant, comment vous assurez-vous que vos produits ne sont pas fabriqués par des travailleurs forcés de le faire dans le cadre de l’exploitation? En tant que fabricant de téléphones portables, comment vous assurez-vous que des personnes vulnérables ne sont pas impliquées dans une phase quelconque de la production des téléphones, même dans les exploitations minières qui fournissent la matière première des puces de silicium?

Vous prenez des mesures et vous surveillez de façon proactive votre chaîne d’approvisionnement pour y déceler des risques.

L’indice de risque de la traite des personnes (HTR) de Dun & Bradstreet éclaire les coins les plus obscurs de votre chaîne d'approvisionnement, évaluant vos fournisseurs pour déceler le risque qu'ils aient été impliqués dans l'esclavage moderne. Le HTR fusionne la base de données d’entreprise de D&B, la plus grande du monde, avec plus de 250 millions de dossiers d'entreprises, des données du Bureau des affaires internationales dans le domaine du travail et du Département d'État des États-Unis. Un indice analytique évalue la possibilité que l’un de vos fournisseurs puisse être impliqué dans la traite des personnes en fonction de l'emplacement du fournisseur et du type de produit ou de marchandise qu'il fournit. Il vous permet ainsi de décider qui surveiller d’abord dans votre base d'approvisionnement.

De plus, le HTR est facile à utiliser. Il suffit de fournir à Dun & Bradstreet une liste de vos fournisseurs, et nous les associons à l’indice de risque de la traite des personnes pour vous retourner la cote de vos fournisseurs (de 1 pour le moins risqué à 7 pour le plus risqué). Vous recevez la cote sous forme de fichier que vous pouvez utiliser et partager en interne pour déterminer quels fournisseurs exigent un examen plus approfondi.

Jusqu’à 45 millions d'hommes, de femmes et d'enfants vivent dans une forme d'esclavage moderne. C’est l'occasion pour vous de contribuer à mettre un terme à l'esclavage moderne et de vous assurer qu'il n'existe pas dans votre chaîne d'approvisionnement. En utilisant l’indice de risque de la traite des personnes, vous pouvez prendre les premières mesures pour vous assurer que les partenaires avec lesquels vous faites des affaires partagent les mêmes valeurs éthiques et de marque que votre entreprise.

Nous contacterContactez
Prenons contact
Veuillez remplir ce formulaire et nous vous contacterons bientôt.