La pathologie de l'appariement

Télécharger le livre blanc en anglais

La gestion des données est une science

J'ai souvent pensé que les mêmes concepts utilisés en pathologie, qui est l'étude des causes et des effets des maladies en médecine, pouvaient être appliqués à la pratique de la gestion des données dans nos entreprises.

En tant que gestionnaires de données, nous devons penser comme les pathologistes qui travaillent sans relâche dans les laboratoires pour comprendre et combattre les maladies. L'étude de l'organisation, des processus et de l'utilisation de nos données fait partie intégrante de la garantie que les données fonctionnent favorablement pour aider à atteindre les objectifs commerciaux associés au sein des équipes, des départements et des systèmes. La réalisation d'une analyse permet de mieux apprécier ce qui fonctionne et pourquoi, et d'identifier les domaines dans lesquels nous rencontrons des difficultés. Elle peut également aider à découvrir les raisons sous-jacentes de ces difficultés.

Nos données ont de nombreuses fonctions. Par exemple, elles peuvent s’utiliser pour hiérarchiser les comptes, identifier les opportunités et renforcer l'engagement des clients. De plus, si nous n'atteignons pas nos objectifs ou si nos données ne répondent pas à nos attentes, nous pouvons souvent identifier les raisons sous-jacentes en voyant ce qui se « cache », parfois à la vue de tous, dans les données.

L’appariement est la première étape

Une gestion des données bien exécutée est un processus continu, elle n'est jamais terminée.

Au fond, la gestion des données consiste à gérer des processus. Les données ne sont que la manifestation des processus et des règles qui existent pour les générer et les maintenir.

Dans la plupart des cas, l'optimisation de nos données commence par l'appariement, un processus qui consiste à travailler avec un ensemble de données externes fiables, puis à aligner ces données externes sur nos ensembles de données internes. L'objectif est de faire correspondre nos enregistrements internes avec la même entité ou une entité similaire dans l'ensemble de données externe plus robuste, afin d'acquérir des attributs pertinents pour l'enrichissement et l'augmentation des données. Nous trouvons également des occasions d'affiner nos données internes (adieu les doublons indésirables !).

Mais l’appariement peut être un processus complexe. Tous les enregistrements ne vont pas correspondre, et ce pour de nombreuses raisons. Ne vous découragez pas ! Ces enregistrements non concordants sont autant d'occasions de comprendre nos données et de revoir la façon dont nous les utilisons dans nos processus internes. Edison avait raison lorsqu'il a dit : « Je n'ai pas échoué, j'ai juste trouvé 10 000 façons qui ne fonctionnent pas ». Croyez-le ou non, les « non appariements » peuvent révéler la voie à suivre pour réussir votre gestion des données.

La pathologie de l’appariement propose un cadre pour étudier les défis et le potentiel à découvrir dans nos données. La réalisation d'une « analyse judiciaire des non appariements » peut contribuer à nos efforts continus pour comprendre nos données et découvrir des possibilités de transformer les résultats de non appariement (ce que les personnes non informées pourraient appeler des « échecs ») en solutions exploitables. Il ne suffit plus de dire « pourquoi » quelque chose ne fonctionne pas. Nos entreprises ont beaucoup plus à gagner lorsque nous tirons parti de « ce que » notre analyse nous indique que nous pouvons faire mieux..

Télécharger le livre blanc en anglais