Le nouveau rôle du directeur financier : expert des données et de la détection du risque

Développer un plan stratégique à 360 degrés sur les risques et les occasions que présentent les données de l’entreprise

Les directeurs financiers sont de plus en plus appelés à devenir des experts des données en plus d’être des experts financiers. Aujourd’hui, le déferlement de données demande d’avoir un œil de lynx pour détecter les risques, les possibilités de croissance et les occasions d’affaires. Dans Big Data, Smaller Risk, de David M. Katz explore les étapes que prennent les entreprises pour repérer des liens potentiels avec les risques cachés découlant du transfert, du cumul et de l’utilisation de vastes banques de données. Beaucoup de directeurs financiers se trouvent dans une position privilégiée pour permettre à leur entreprise de comprendre les risques potentiels que renferment leurs banques de données et d’y réagir.

Le ancienne directeur financier de Dun & Bradstreet, Rich Veldran, vous éclaire sur la question dans cet article. Rich Veldran voit les données de Dun & Bradstreet non seulement comme une source de revenus, mais aussi comme une ressource permettant à D&B d’évaluer ses propres risques. Comme l’écrit Katz, il regarde, par exemple, si les fournisseurs envoient plus ou moins de biens que leurs concurrents. Il se demande si l’entreprise risque de faire faillite. Est-ce la filiale d’une société mère qui a des problèmes? Le fait de pouvoir poser ce genre de questions concernant les données de Dun & Bradstreet permet à Rich Veldran de voir en aval les connexions et les effets d’activités risquées.

En utilisant l’information non structurée des médias sociaux en plus des données structurées, les ancienne directeurs financiers tels que Rich Veldran sont aussi capables de détecter les menaces externes envers la réputation d’une entreprise et celle des clients. Katz résume l’art d’éviter le risque avec les données comme un acte d’équilibre. La prolifération des données dans le monde des affaires américain a maintenant autant à voir avec l’évitement des aspects négatifs que l’accentuation des aspects positifs. Il est certain qu’un plan stratégique à 360 degrés sur les risques et les possibilités que comportent les données d’entreprise ne devrait plus rester dans le bureau du directeur du marketing ou du directeur des systèmes d’information, mais être distribué à l’ensemble des cadres supérieurs