• Recherchez-vous...

Politique monétaire à la rescousse? Probablement pas?

De quelle façon la réduction du taux directeur de la Banque d’Angleterre se répercute-t-elle sur les activités d’affaires au Royaume-Uni?

Comme s’y attendaient la plupart des observateurs du marché, y compris Dun & Bradstreet, la Banque d’Angleterre a pris des mesures aujourd’hui en réponse au faible résultat de l’indice PMI et au fléchissement général des perspectives économiques survenu dans les semaines qui ont suivi le référendum sur le Brexit. À l’unanimité, le Comité de la politique monétaire de la Banque a décidé de réduire le taux directeur de 0,5 % à 0,25 %, un taux record pour la Banque en 322 ans d’histoire. De plus, la Banque a laissé entendre qu’avant la fin de 2016, il est très probable que le taux connaisse une nouvelle baisse pour atteindre 0 %. Du point de vue de l’assouplissement quantitatif, le budget actuel pour les achats d’obligations d’État est passé de 60 milliards de GBP, à 435 milliards de GBP, avec une autre somme de 10 milliards de GBP affectée à l’achat d’obligations d’entreprises (qui a été approuvée par une plus faible majorité de 6 contre 3). En outre, la Banque a lancé un nouveau régime de financement à terme pour compenser une partie de l’effet négatif de la baisse des taux sur les banques.

Les actions de la Banque soutiendront-elles l’économie?

La question clé maintenant est de savoir si les actions de la Banque serviront à soutenir l’économie de façon considérable. Malheureusement, Dun & Bradstreet est sceptique quant au succès de ces mesures, car les effets d’une politique monétaire sont souvent très limités lorsque les taux d’intérêt sont proches de zéro, comme on l’a vu dans le monde ces dernières années. Même la Banque d’Angleterre admet que les mesures qu’elle a prises aujourd’hui ne suffiront pas à prévenir un ralentissement économique : elle a revu à la baisse ses prévisions de croissance du PIB réel et à la hausse ses prévisions d’inflation et de chômage. Alors qu’en théorie la baisse des taux d’intérêt pourrait stimuler la demande globale, le niveau élevé d’incertitude causé par le référendum sur le Brexit continuera à freiner la demande de crédit des ménages et des entreprises. Ces niveaux élevés d’incertitude devraient persister au cours des 30 prochains mois jusqu’à ce qu’un accord sur le Brexit ait été finalisé, une situation qui freine les effets positifs d’un nouvel assouplissement monétaire.

Alors qu’il est peu probable que l’investissement offre des résultats remarquables, la plus grande influence positive sur l’économie britannique pourrait provenir du canal du cours de change, puisque les exportateurs britanniques pourraient profiter d’une nouvelle dépréciation de la livre par rapport au dollar et à l’euro. Toutefois, l’effet de cette mesure sera également limité, car le Royaume-Uni dépend en grande partie de son important secteur tertiaire, dont les produits sont plus difficiles à vendre que les produits manufacturés. En outre, l’inflation importée (qui dépassera le taux cible en 2017) aura pour effet de réduire le niveau de vie au Royaume-Uni.

Prédiction de Dun & Bradstreet concernant la croissance du PIB

La Banque utilisera, dans les prochains mois, certaines des cartes qu’elle a gardées en réserve (lorsque les effets du référendum sur le Brexit seront plus clairs); on parle ici de mesures supplémentaires qui vont plus loin que ce qui a déjà été suggéré. Mais indépendamment des décisions prises (qui étaient attendues et dont nous avions déjà tenu compte dans nos prévisions), Dun & Bradstreet maintient sa prévision de croissance du PIB réel de 0,4 % pour l’année prochaine (en deçà de la prévision de la Banque d’Angleterre révisée à 0,8 %), ainsi que ses prévisions d’inflation de 2,4 %. Cependant, nous sommes prêts à ajuster nos projections dans les prochaines semaines au fur et à mesure que de nouvelles données haute fréquence post Brexit seront publiées, y compris nos propres données exclusives.

Nous contacterContactez
Prenons contact
Veuillez remplir ce formulaire et nous vous contacterons bientôt.