• Recherchez-vous...

S’attaquer à l’élément relationnel du risque d’entreprise : les cinq tendances

Les relations pourraient constituer, pour les dirigeants du secteur financier, le plus grand défi de la gestion des risques.

En matière de gestion des risques, la complexité des relations – entre les données, les entités, les personnes et les équipes – pourrait constituer le plus grand défi. La vitesse, la portée et la variété des risques dans le monde numérique d’aujourd’hui font en sorte que les compétences nécessaires pour trouver un semblant de prévisibilité et d’ordre sont de plus en plus difficiles à trouver. Les entreprises sont aux prises avec l’ampleur et la disparité des données qu’elles gèrent chaque jour, et ce, même lorsque des données sont disponibles pour aider à prioriser et à comprendre le risque d’entreprise. 

Récemment, Dun & Bradstreet a mené un sondage auprès de professionnels de la finance de haut niveau pour découvrir les tendances dans la façon actuelle de gérer le risque d’entreprise et les données. La plupart des hauts dirigeants du secteur financier utilisent activement les données pour définir et gérer les risques d’entreprise. Cependant, bien qu’un bon nombre d’entre eux aient adopté la technologie et procédé à des examens réguliers des risques, l’élément relationnel du risque – la façon dont survient le risque et dont il est vécu au sein des entreprises, des hiérarchies, des industries, des économies et même des pays – est un défi croissant que le sondage a mis en lumière. Anthony Scriffignano, scientifique en chef des données chez Dun & Bradstreet, a récemment commenté la disparité croissante de la connectivité. « À notre époque, la connectivité, c’est-à-dire la façon dont une chose est liée à une autre, est une propriété des données d’une importance grandissante qui est à la fois étonnante et terrifiante. »

Quels sont les principaux risques d’entreprise identifiés par les dirigeants du secteur financier?

Dun & Bradstreet a découvert les cinq principaux domaines de risque d’entreprise auxquels les dirigeants financiers sont actuellement confrontés. Il s’agit des domaines suivants :

  1. La cybersécurité
  2. La conformité
  3. La gestion des données
  4. La gouvernance
  5. Le capital humain et les RH 

En savoir plus (en anglais)

Qu’ont en commun ces principaux risques émergents?

À notre époque, la connectivité, c’est-à-dire la façon dont une chose est liée à une autre, est une propriété des données d’une importance grandissante qui est à la fois étonnante et terrifiante.
Anthony Scriffignano, chef de la commercialisation et de la stratégie, Dun & Bradstreet
 

Les cinq principaux risques identifiés – la cybersécurité, la conformité, la gestion des données, la gouvernance et le capital humain – ont chacun une caractéristique commune : ils comportent un côté relationnel fortement défini. Tous, en outre, impliquent l’utilisation et la potentielle mauvaise utilisation des données. Bien que la plupart des entreprises semblent comprendre et mettre en œuvre une stratégie de données pour gérer le risque d’entreprise à divers degrés, il est clair que les données ne sont pas utilisées de façon globale ou intégrée dans la plupart des entreprises. De plus, les aspects humains de la culture, de la conformité et de la gestion des talents constituent des menaces à l’interne, tout comme la cybersécurité et la gouvernance constituent des menaces tant à l’interne qu’à l’externe. 

La relation entre les risques les mieux identifiés est « en fait » les relations. Situation inquiétante : seulement 20 % des dirigeants du secteur financier s’entendent pour dire qu’ils utilisent avec succès les données pour gérer le lien entre les risques. Et, ce lien pourrait en fait être le chaînon manquant pour gérer le risque d’entreprise.

 

Quelles sont les tendances qui sous-tendent les principaux risques identifiés?

1. La cybersécurité

Nous devons en tout temps être en état d’alerte, selon EY. « Le monde numérique ne permet à aucune organisation de se sentir à l’aise devant les menaces et les vulnérabilités de la cybersécurité. » Selon la récente étude d’EY, plus d’un tiers des entreprises internationales n’ont toujours pas confiance en leur capacité à détecter les cyberattaques. De plus en plus, les données constituent une composante importante des menaces liées à la cybersécurité. Comprendre les liens entre les attaques en utilisant les données peut aider les entreprises à détecter les menaces avant qu’elles ne s’infiltrent. Cependant, la plupart des entreprises ne sont pas encore en mesure de le faire avec succès. 

2. La conformité

Dans notre monde numérique, les entreprises immédiatement tenues responsables des infractions, des défaillances et des erreurs, et les dirigeants du secteur financier sont souvent ceux qui doivent comprendre les lois, les exigences et les normes et qui doivent assurer la gestion en tenant compte de ces contraintes. « À mesure que les réglementations mondiales prolifèrent et que les attentes des parties prenantes augmentent, les entreprises sont plus exposées que jamais aux risques en matière de conformité. » Alors que de nombreuses entreprises utilisent des données pour comprendre les niveaux de conformité, les liens entre les sources d’infraction et les probabilités de menaces ne sont pas encore pleinement compris.

3. Le capital humain et les RH

Dans la plupart des entreprises, la gestion stratégique du capital humain pose un risque majeur. Non seulement la main-d’œuvre représente généralement le pourcentage le plus élevé du budget typique de l’entreprise, mais sa gestion du capital humain a également une incidence sur sa capacité à se protéger contre les risques. L’embauche des mauvais talents en mauvaises quantités et pour les mauvaises raisons peut avoir des répercussions négatives sur le bilan et expose l’entreprise; les dirigeants du secteur financier se voient obligés de travailler plus étroitement avec les RH pour utiliser les données afin de découvrir les risques cachés tels que la fraude ou l’inefficacité de la direction. En 2015, 57 % des professionnels de la gestion des risques interrogés ont indiqué que l’embauche des bons talents était essentielle à la bonne gestion du risque. Pourtant, nombreux sont ceux qui peinent à établir le lien entre les bonnes compétences et l’application des pratiques d’embauche faisant appel aux données.

4. La gestion des données

La gestion des données elles-mêmes est, sans surprise, une source de préoccupation majeure pour la plupart des dirigeants du secteur des finances. La qualité des données continue à susciter de l’inquiétude. Seulement 20 % des dirigeants du secteur financier affirment avoir confiance en la qualité des données qu’ils utilisent pour prendre des décisions en matière de risque, selon le récent sondage de Dun & Bradstreet. « Au-delà des avantages évidents qu’offre la longueur d’avance dans les mandats réglementaires, le fait de disposer de données précises, intégrées et transparentes permettra de prendre des décisions proactives en toute confiance pour soutenir une solide base de gestion des risques », explique SAS Risk Research. Étant donné que de nombreuses entreprises doivent gérer et utiliser des données provenant de nombreuses sources différentes, il est facile de comprendre pourquoi les liens manquants entre les systèmes et les domaines peuvent non seulement être source de chaos, mais peuvent aussi avoir des répercussions négatives sur les résultats financiers d’une entreprise. Sur le plan de la gestion des risques, des données de haute qualité sont essentielles à la mise en œuvre de stratégies efficaces.

5. La gouvernance

Assurer des contrôles appropriés pour répondre aux pressions de la réglementation, des lois internationales et des diverses devises multiples une grande partie du temps d’une équipe des finances. Comme c’est le cas de nombreux efforts stratégiques, la gouvernance est en elle-même un impératif axé sur les données. Et même si les entreprises ne manquent pas de données, la rapidité des transactions et le rythme du changement exigent que les entreprises établissent des liens entre de nombreux éléments de nature réglementaire, financière et concurrentielle. Plus de 40 % des dirigeants du secteur financier considèrent qu’en matière de gestion des risques, la gouvernance est l’une des principales priorités d’une entreprise. 

Les dirigeants du secteur financier : architectes des données de référence

Il faut savoir que pour s’attaquer à l’aspect relationnel de la gestion du risque, il ne faut pas avoir le cœur sensible! « L’idée de la gestion du risque est de se faire chuchoter des indices à l’oreille par les données », souligne Scriffignano. « Si vous pensez au genre de risques auxquels fait face une organisation aujourd’hui, les risques qu’elle avait hier ne disparaissent pas. Mais en plus des risques tels que la fraude, l’arbitrage de devises et la conformité, il existe des risques comme la cybersécurité et le cyberterrorisme, et les gens font involontairement un mauvais usage de l’information. Le monde évolue très rapidement, et l’apprentissage approfondi, l’analyse comportementale et la compréhension des relations sont les seules clés pour faire face à ces risques émergents. »

Tout le monde veut comprendre... Sans relations, il est impossible de faire des affaires.
Scott Taylor, Chef du développement des marchés et des stratégies, Dun & Bradstreet
 

Les finances peuvent jouer un rôle crucial en s’attaquant à la gestion des risques de l’entreprise par l’utilisation des données, et ce, en aidant l’entreprise à cibler les relations existant entre les données. « Pour commencer, précise Scott Taylor de Dun & Bradstreet, considérez-vous comme l’architecte de vos données, en vous assurant que vos données s’intègrent facilement dans les processus de toute votre entreprise pendant que vous établissez le propre cadre qui vous conduira vers le succès. » La bonne analyse peut aider les chefs du service des finances à gérer plus agilement la conformité, le contrôle et le risque. 

 

Une bonne réflexion sur la façon dont les risques, les processus et les tendances sont liés vous aidera à redéfinir le cadre de gestion des risques de votre entreprise. Après tout, « Tout le monde veut comprendre », comme le dit Scott Taylor. « Sans relations, il est impossible de faire des affaires. »

Nous contacterContactez
Prenons contact
Veuillez remplir ce formulaire et nous vous contacterons bientôt.